Comment rencontrer des professionnels du cinéma? (Réalisateurs, producteurs, acteurs, techniciens du cinéma)

577634_388012391249700_1083799748_n

 

Je reçois beaucoup de messages de gens qui me disent qu’ils ne connaissent pas les professionnels du cinéma, et qui se demandent comment en rencontrer?

Je vais répondre à cette question avec cet article:
Moi aussi, j’ai connu cette frustration de ne connaître personne dans le milieu du cinéma. Ou de ne pas connaître assez de gens bien « installés » dans le métier pour leur parler de mes projets.
Je me souviens de l’époque où je me suis rendu pour la première fois à Média 10/10 à Namur, Festival pour courts-métrages. Je crois que j’avais moins de 30 ans. J’ai vu pas mal de films intéressants. Mais arrivé au moment du verre d’ouverture, c’était moralement très éprouvant. A cette époque, je ne connaissais personne.
Tout le monde me tournait le dos. Tous en discussion avec l’une ou l’autre personne, réalisateur ou producteur, ou même acteur.
J’avais plus de facilités pour entrer en conversation avec les acteurs car à l’époque, je faisais du théâtre à l’académie de Courcelles et je me sentais un peu comme eux. J’étais très timide à l’époque.
Cette fois-là, nous avons même eu l’agréable surprise de recevoir la visite de Benoît Poelvoorde. Il est passé à un mètre de moi et j’ai été incapable de lui parler vraiment. Je lui ai juste dit un truc du style « Bonsoir Benoît ».
Là, je me suis rendu compte que je n’avais strictement rien à dire à tous ces gens pourtant intéressants, à ces producteurs, à ces réalisateurs.
En fait, j’étais capable de parler avec n’importe qui sans problème. Mais dès qu’il fallait que je parle avec quelqu’un que je considérais comme important, comme quelqu’un de « gradé », je me bloquais, je n’arrivais plus à parler, je sentais monter un stress énorme en moi et je butais sur les mots, j’avais très peu confiance en moi et j’étais paniqué à l’idée que le producteur ou le réalisateur le perçoive.
La phrase du jour 6

Qu’est-ce que j’ai fait pour arranger ce problème?

 J’ai dû travailler énormément sur moi. J’ai analysé les blocages que j’avais. Je suis arrivé à la conclusion que si je me bloquais quand j’étais en présence d’un producteur ou réalisateur, c’était à cause des idées réçues, des clichés que j’avais à leur sujet. Des idées du genre « Les producteur, c’est des arnaqueurs. » « Les réalisateurs sont des prétentieux. »« Ils peuvent avoir les acteurs qu’ils veulent, pourquoi ils s’intéresseraient à toi? » ou encore « Les producteurs se foutent pas mal de tes projets, tu vas leur faire perdre leur temps! » 
Comment voulez-vous que j’entre en communication avec ces gens pourtant intéressants?
J’en étais incapable parce que je pensais du mal d’eux, et j’étais victime de mon système de croyances.
Je ne le savais pas. Mais aujourd’hui j’ai compris qu’à l’époque, je repoussais les gens sans le savoir à cause de mon état d’esprit et des idées négatives que j’avais.
Maintenant que je connais les principes de la loi de l’attraction, je vous en ai parlé dans différents articles et mails, on repousse inévitablement les gens si on vibre la mauvaise fréquence. Ou plus précisément si on ne vibre pas sur la même fréquence que la personne que vous voulez rencontrer ou avec laquelle vous voulez entrer en communication.
Christophe WEIGERT en exposition de peinture

Et après, que s’est-il passé? Ai-je progressé?

J’ai très vite compris que je ne pouvais pas continuer comme ça. Je ne pouvais pas accepter d’être mal à l’aise systématiquement avec un producteur ou un réalisateur. Comment j’allais faire pour entrer dans un cercle d’amis de cinéma si je me sentais mal à l’aise avec eux?

J’ai fait une chose très simple, mais qui demande du temps.
J’ai appris à les connaître de Festival en festival. Je me suis souvent rendu, chaque année à Média 10/10.
J’ai découvert que les professionnels du cinéma étaient des êtres humains comme les autres. Ce ne sont pas des super héros, ils ont aussi leurs doutes, leurs frustrations. J’arrivais de plus en plus à parler avec eux. Au bout de 3 années de Média 10/10 j’étais capable de parler avec tout le monde. Acteurs, réalisateurs et producteurs. C’est à Média 10/10 que j’ai fait la connaissance de Thierry Zamparutti, un producteur de courts-métrages. Très ouvert et toujours à la recherche d’un nouveau concept.
A Média 10/10, j’ai croisé également Benoît Mariage. Benoît Mariage qui est un grand timide lui aussi, m’a donné d’excellents conseils pour mes propres réalisations. Il a le coeur sur la main et toujours partant pour aider des jeunes gens qui se lancent dans la réalisation de films.
J’ai rencontré aussi Patrick Quinet, un producteur de courts et de longs-métrages de la société Artémis Productions.
Et plein d’autres super contacts!……​

En conclusion!

 A chaque étape de mon évolution, j’ai changé mon état d’esprit. J’ai plus confiance en moi et je peux parler avec plein de gens d’horizons différents. C’est un nouvel état d’esprit plus sain, plus positif qui a fait la différence. C’est pour cette raison que j’ai créé la méthode « La compilation de la phrase positive du jour-Volume1 » pour garder un bon état d’esprit, ne plus être victime de son système de croyances et surtout bien utiliser la loi de l’attraction pour atteindre ses objectifs.

C’est le moment de vous lancer vous aussi et d’attirer à vous les rencontres qui comptent vraiment!

 Si vous voulez aller plus loin, rejoignez la méthode « La compilation de la phrase positive du jour-Volume1 ».
Toutes les explications sur la méthode en cliquant sur les liens ci-dessous pour voir les vidéos GRATUITS:
Merci à vous d’avoir lu cet article. A très bientôt dans la méthode, je serais ravi de vous accompagner dans ce processus de confiance en soi.
N’hésitez pas à partager cet article s’il vous a plu.
A bientôt….
© Par Christophe WEIGERT

Un événement à ne pas manquer! L’occasion de rencontrer des professionnels!

Il faut absolument que vous veniez à ce Festival!

10659425_820947774622930_4144165125798830926_n« J’ai une information importante à vous communiquer. Un festival pour courts métrages dont c’est la deuxième édition, fait un appel aux courts métrages. C’est un festival situé à Anderlecht et ouvert aux débutants comme aux professionnels. Vous devez absolument y être! Dans ce podcast, je vous explique pourquoi? Ce podcast s’adresse aussi bien aux réalisateurs et scénaristes, qu’aux acteurs et actrices de ce site http://reussirdanslecinema.com/ Je vous souhaite bonne écoute! »  Christophe WEIGERT.

Festival court métrage film

Cliquez ici pour lire le règlement du festival 2015 en PDF

Cliquez ici pour inscrire votre film FESTIVAL DU COURT METRAGE

Inscription GRATUITE!

Quel est cet événement?

Qui peut s’inscrire?

Pourquoi faut-il y être?

Dans ce podcast, je vous donne les raisons pour lesquelles il faut y être. C’est une information importante pour les réalisateurs débutants.

A partager absolument avec vos amis.

Podcast article « Réussir dans le cinéma, ça veut dire quoi? »

 

Ce podcast est la version audio de l’article « Réussir dans le cinéma, ça veut dire quoi? » vous pourrez prendre connaissance des informations tout en faisant autre chose en cliquant sur le lien en-dessous. Je vous souhaite une bonne écoute et à bientôt.

Podcast article – Réussir dans le cinéma, ça veut dire quoi

 

© Par Christophe WEIGERT

 

Comment conserver ses collaborateurs dans le cinéma en 8 étapes?

Dans cet article, je souhaite vous parler d’un principe que peu de personne suivent. Dans mon parcours professionnel, si vous avez pris le temps de lire ma biographie, je fais référence à un long métrage que j’ai eu le plaisir d’écrire et qui a été tourné. Après cette expérience à la fois artistique et humaine, j’ai compris quelque chose d’important que je voudrais partager avec vous. La leçon que j’en ai retirée, j’en ai fait mon principe de base élémentaire et pourtant négligé par beaucoup de cinéastes débutants. Pas tous, mais quelques-uns quand-même.

pellicule clap

QUEL EST CE PRINCIPE DE BASE ELEMENTAIRE?  

  • C’est un principe auquel peu de gens pensent à mettre en pratique.
  • Si plus de gens appliquaient ce principe, ça permettrait d’éviter pas mal de conflits.
  • Ce principe que je vais vous révéler, si vous l’appliquez, vous allez consolider votre place au sein d’une équipe de travail.
  • Ce principe contribuera au développement de votre renommée.
  • Tout le monde professionnel aura envie de travailler avec vous.
  • Vous vous ferez une liste de références de qualité.

 

Christophe WEIGERT en tournage

CE PRINCIPE QUEL EST-IL?

  1. Etre ponctuel.
  2. Etre toujours cool et agréable dans le travail.
  3. Faire preuve d’humilité.
  4. Etre capable de se remettre en question.
  5. Ne pas laisser son égo saboter les relations humaines sur le plateau de tournage.
  6. Etre ouvert aux critiques « Constructives ». (les méchancetés gratuites ne vous en souciez pas!)
  7. N’hésitez pas à mettre les autres en VALEUR! (Ayez toujours un mot gentil à dire d’une personne avec qui vous avez travaillé. Soyez sincère. Ce que vous dites doit être juste.)
  8. Avoir du talent.

JE VAIS REVENIR UN PEU SUR LE SEPTIEME POINT « METTRE LES AUTRES EN VALEUR ».

Mettre les autres en valeur est quelque chose de fondamental. Pourquoi? Parce que nous avons tous besoin de reconnaissance. Vous, moi, tout le monde. Quand nous faisons un boulot, un film, un scénario, une prise de son, etc…nous voulons tous une simple chose. Que notre participation et la qualité de notre travail soient reconnus. Donc, mettre les autres en VALEUR est important.

Si vous êtes un réalisateur et que le jour de la première de votre film vous vous lancez dans l’exercice périlleux de remercier votre équipe en énonçant chaque nom de celle-ci, je peux vous dire que si vous oubliez de citer le nom d‘UNE PERSONNE, elle vous tombera dessus en vous faisant un tas de reproches. En tant que réalisateur, n’oubliez jamais de mettre le nom au générique de votre film d’un collaborateur ou d’une collaboratrice qui a eu une participation importante dans la réalisation de ce film. C’est très mal « encaissé » par la personne qui subit cet affront. Inutile de vous dire qu’elle ne voudra plus travailler avec vous si elle a l’impression que vous ne respectez pas son travail.

Si vous avez envie de remercier votre équipe de tournage lors d’une « première » sans blesser personne. Comment faire?

Si vous voulez vous pouvez vous aider avec cette simple phrase « Je remercie toute mon équipe qui m’a aidé à faire ce film. Sans elle, ce film n’aurait jamais pu se faire. » Restez général. Ne citez aucun nom en particulier. Car si vous citez des noms et pas d’autres, vous allez vous faire « engueuler » par ceux que vous n’avez pas cité, mais le plus drôle, c’est que vous allez aussi encaisser les reproches de ceux que vous avez cité. En effet, ceux qui sont cités craignent de se disputer avec des collègues qu’ils ont côtoyés pendant le tournage et qui n’ont pas été cités. (Ne rigolez pas, ça s’est déjà vu)

Si vous suivez les 8 points qui sont cités plus haut, en tant que réalisateur, les acteurs et les techniciens se battront pour travailler avec vous.

Vous ne me croyez pas? Je peux vous donner un exemple. Patrice LECONTE, réalisateur français, a la réputation d’être très pro sur les tournages. Et très respectueux avec ses collaborateurs, techniciens, acteurs. Tous les acteurs qui ont tourné avec lui sont d’accord pour dire qu’il aime vraiment les acteurs. Dès qu’un acteur dit à un autre qu’il va tourner avec Patrice LECONTE, ce dernier lui répond  « Oh, tu vas tourner avec Patrice LECONTE. Tu vas voir c’est un bonheur de tourner avec lui. » En plus, il a toujours un mot gentil à la fin du tournage pour remercier tout le monde. Du coup, tout le monde a envie de travailler avec lui. Et je les comprends.

Et croyez-moi ces 8 points peuvent rendre service aux acteurs – actrices également. Si vous suivez ces 8 points, les réalisateurs voudront travailler avec vous. Avec un réalisateur dont c’est le premier film que vous faites avec lui, si il a un bon souvenir de votre participation au film, il aura sûrement envie de faire un deuxième avec vous et avec peut-être un rôle plus important. Alors, c’est sans garantie. Il n’est pas obligé de vous reprendre pour un rôle principal. Mais, il sera dans de bonnes dispositions vous concernant pour son prochain film en vous proposant un rôle moins important, mais il le fera pour vous mêler au projet par reconnaissance en souvenir de la première collaboration qui se sera bien passée. Et de mon point de vue, il vaut mieux être dans un film (même pour un second rôle) que ne pas être dans un film du  tout. A vous de choisir.

ENCORE UNE PETITE PRECISION

Vous avez sûrement remarqué que j’ai cité, dans la liste des 8 points à observer, le TALENT en tout dernier. C’est pour une raison très simple. A talent égal, quand on hésite entre deux acteurs pour un rôle, ou entre deux techniciens quelle que soit leur fonction, on privilégiera toujours l’acteur ou  le technicien qui a les plus grandes qualités humaines. Sur le tournage, un réalisateur a plein de problèmes à résoudre, des frustrations, des décisions à prendre. Il a autre chose à faire que de gérer vos problèmes d’égo. (Si vous en avez) Et la chose qu’il veut limiter le plus possible quand il prépare un tournage, ce sont les sources de conflits. S’il a l’impression qu’en engageant un acteur il va au-devant de problèmes sur le plan humain, et que l’acteur risque de mettre une mauvaise ambiance sur le tournage, il choisira l’acteur qui présente des valeurs humaines. Ce n’est pas pour rien si certains réalisateurs tournent souvent avec les mêmes. C’est ce qu’on appelle « Les acteurs fétiches ». Par exemple: Luc BESSON avec Jean RENO, Pedro ALMODOVAR avec Rossy DE PALMA, Tim BURTON avec Johnny DEPP, etc…

En d’autres termes, le talent ne suffit pas. Je connais plein de gens qui font des activités artistiques, et qui restent chez eux, qui ne montrent pas leur travail. Et pourtant, s’il le faisait, ça changerait leur vie. Car ils font un travail de qualité mais ils n’osent pas confronter leurs œuvres ou leur savoir-faire aux jugements des autres. C’est dommage. Et c’est bien pour ça que j’ai crée ce blog. Pour inspirer les gens qui ont des rêves à réaliser. Comme faire du cinéma. C’est le sujet de ce blog. Mais les conseils que vous y trouverez sont transposables dans d’autres domaines, pour réaliser d’autres rêves que ceux de faire du cinéma. Ca peut être utile à tout le monde. C’est pourquoi vous devriez partager cet article avec toutes les personnes qui sont à la recherches de solutions pour avancer dans la réalisation de leur rêve.

VOILA POURQUOI C’EST IMPORTANT DE METTRE LES AUTRES EN VALEUR. ET CROYEZ-MOI ILS VOUS EN SERONT RECONNAISSANTS.

Moi, je vous dit à bientôt pour d’autres articles…

© Par Christophe WEIGERT

Comment un court métrage peut-il vous rendre service?

Christophe Weigert en tournage - Réussir dans le cinéma

 

 

Comment un court métrage peut-il vous rendre service?

Dans cet article, je vais vous énumérer les différents services qu’il peut vous rendre selon les cas.

Je m’en suis rendu compte totalement par hasard en étant moi-même, un jour dans la situation où j’étais à la recherche d’un programme audio-visuel  assez court. Ma fille qui à l’époque était en bas âge voulait regarder la télé avant d’aller se coucher. Je me suis mis à chercher dans mes cassettes et dvd quelque chose à regarder qui ne prenne pas trop de temps car je voulais qu’elle se couche assez tôt pour être en forme à l’école le lendemain. Je suis tombé sur un film de 15 minutes « Bonne année! » de Jean-Philippe LAROCHE. Elle l’a regardé, elle a rigolé, elle était attentive. Quand nous sommes arrivés à la fin du film, elle a accepté sans problème d’aller se coucher, sans larmes et contente d’avoir vu un film en entier avec son papa avant d’aller au lit.

Quelle est la leçon que j’ai tirée de cette expérience?

J’ai compris que si les enfants ne veulent pas aller se coucher le soir, c’est seulement mon avis, c’est parce que nous (parents)  interrompons l’intérêt suscité par le processus de narration qui se déroule devant leurs yeux en regardant un film. Je m’explique…

Si vous (parents) commencez à regarder le film de la soirée à la télé avec votre enfant dans la pièce qui naturellement, commence à le regarder aussi, vous entrez progressivement dans l’histoire du film. Et si vous vous intéressez de plus en plus à l’histoire du film, votre enfant le fait également. Tout comme vous, et comme n’importe quels spectateurs d’un film, il se demande « Comment le personnage principal va s’en sortir? Que va-t-il lui arriver? Comment le film va-t-il finir? » Le problème, c’est que dans le cas d’un film long métrage, la réponse à ces questions n’arrivent pas avant 1h30 min (en moyenne). Donc, quand on demande à un enfant d’aller se coucher, souvent il râle, car il est tout simplement frustré de sortir du contexte de l’histoire à laquelle il a commencé à s’intéresser. Imaginez que quelqu’un éteigne la télé pendant que vous regardez un film, quelle va être votre réaction? « Eh! Je suis en train de regarder quelque chose, rallume!… »

Et cette réaction est tout à fait normal, car vous êtes entré dans le processus de narration d’un scénario bien écrit qui se déroule devant vos yeux. Vous ne retrouverez une certaine sérénité que lorsque vous serez arrivé au bout de l’histoire au générique de fin.

Pour un enfant, c’est la même chose. Si on lui demande en pleine histoire d’aller se coucher, il aura la même réaction. Et c’est là que se situe l’utilité d’un court métrage. Si je fais une analyse de l’expérience que j’ai vécue avec ma fille, elle a pu voir un film en entier avant d’aller au lit, et ça n’a pris que 15 minutes, et ça s’est fait sans crise. Le rêve, non? Je lui ai fait plaisir, elle a eu l’impression très agréable d’avoir vu un film du début à la fin, donc pas d’interruption, et pas de frustrations. Et ça n’a pris que 15 minutes! Si vous êtes plus pressé et que le temps qu’il reste avant de mettre vos enfants  au lit est 10 ou 5 minutes, pas de souci, il y a des courts métrage de 10 ou 5 minutes, parfois même moins 3 ou 4 minutes. Vous voyez, vous pouvez vraiment faire un menu du soir à la carte selon vos besoins de temps pour vos enfants. En plus, en Belgique, ça tombe bien, il y a un vaste choix de courts métrage à découvrir. Faites la demande à votre vidéo club pour en louer ou éventuellement en acheter. Je vous conseil de les regarder pour les sélectionner avant de les montrer à vos enfants, car il y a clairement tous les styles et les genres. Moi, j’aime bien montrer à ma fille des comédies avec des acteurs réels, ou de temps en temps des films d’animation. Je connais d’ailleurs un producteur de courts métrage qui a un catalogue très bon de courts métrage (acteurs) mais également des films courts d’animation de toutes les durées. Ce sont réellement des films qui peuvent vous rendre service. Ne vous en privez pas, moi, je le fais, et depuis, ça a changé ma vie. Cela a renforcé la complicité que j’ai avec ma fille et c’est génial de voir dans ses yeux autant de reconnaissances. N’avez-vous pas vous aussi envie de rester proche de vos enfants?…

Quels sont les autres services que les courts métrage peuvent vous rendre?

Par exemple, vous êtes employé(e) de bureau, et pendant la pause café, vous pouvez regarder un film de 5 ou 7 minutes pour vous détendre. Pendant la pause de midi, vous pouvez tout en mangeant vous changer les idées avec un film un peu plus long (15 minutes). Et quand vous avez fini votre travail dans le trajet du retour dans le train, vous pouvez regarder un film de 15 minutes ou plus. Un film ou plusieurs films l’un à la suite de l’autre suivant la durée du trajet.

Vous pouvez organiser entre potes une soirée pizza « spéciale courts métrage ». Avec plusieurs courts métrage tout en buvant un coup (du soft naturellement) C’est un truc sympa, ça! Vous pouvez le faire chez un pote tout un week-end….

Vous voyez comme les idées ne manquent pas?…Il y a plein de possibilités. A vous d’être créatifs (et je suis sûr que vous l’êtes) et d’inventer ce qui vous convient autour des courts métrage. Il y en a de très bons en Belgique….Où et comment vous en procurer? Ce sera le sujet d’un prochain article….Merci d’avoir lu celui-ci jusqu’au bout. N’hésitez pas à laisser des commentaires ou des questions et à le partager s’il vous a plu.

 

©Par Christophe WEIGERT